mardi 22 septembre 2009

Formation: Forum ouvert

Travailler avec la Technologie du Forum ouvert
Module 1 du Programme Genuine Contact, Voie de l’ouverture et de l’authenticité

Offert par le Groupe Courage international inc.

Investissement : 1000 $ – Inscrivez-vous d’ici le 23 octobre et vous économisez 200 $ sur les frais d’inscriptions totaux.

L’atelier est une exploration centrée sur la manière de travailler avec la Technologie du Forum ouvert, c'est-à-dire comment créer des conditions adéquates pour que l’organisation atteigne un maximum de résultats durant un Forum ouvert et surtout, après un Forum ouvert.

Le Forum ouvert est, entre autres, une méthode d’assemblée. Les individus et les groupes y apprennent à développer continuellement leurs capacités et leurs facultés de résoudre des problèmes en commun. Cette méthode rehausse l’aptitude des individus et des groupes à être plus efficaces dans un environnement de travail qui change sans cesse, et souvent très vite. Un Forum ouvert crée des conditions où le potentiel des individus et de l’organisation, c’est-à-dire de la collectivité, peut apparaître clairement. En effet, un Forum ouvert met en évidence le savoir, les expériences et la créativité des individus, souvent invisibles dans des processus moins ouverts.

Le FORUM OUVERT est une approche efficace pour la collaboration transdisciplinaire nécessaire au 21ème siècle. Conçue par Harrison Owen, elle saisit l’âme d’une organisation de manière surprenante. On l’utilise dans le monde entier pour rendre les organisations capables d’atteindre des résultats inattendus par une approche simple, basée sur des principes et des valeurs clairs.

Si vous êtes un leader, un gestionnaire, un expert-conseil ou que vous devez simplement travailler avec d’autres personnes pour obtenir des résultats, cet atelier vous offre des pistes nouvelles et pratiques à explorer pour créer l’avenir souhaité pour votre organisation. Quel que soit votre secteur d’activité : monde des affaires, organismes sans but lucratif, milieu de l’éducation, des arts, de la santé ou autres du secteur public ou parapublic, cet atelier vous est ouvert.

Que vais-je apprendre durant cet atelier?
Fondé sur l’expérience, notre modèle didactique a été conçu suivant les principes de l’animation holistique. Ce style d’animation est imprégné d’un souci de répondre aux divers styles d’apprentissage afin d’optimiser l’apprentissage expérientiel durant l’atelier. Pour en savoir davantage, prière de consulter le site http://mbureau.blogspot.com


L’atelier vous guide dans
•l’exploration de la forme et de l’essence du Forum ouvert.
•l’animation d’un Forum ouvert ;
•le travail préparatoire avec le client afin de vérifier si sa décision d’organiser un Forum ouvert dans l’organisation est prise en connaissance de cause ;
•le travail avec le client immédiatement après un Forum ouvert afin de tirer le maximum des sujets relevés pendant le Forum ouvert pour la suite des travaux.
Chaque atelier s’accompagne d’un manuel pour favoriser l’apprentissage continu. Soutien et mentorat sont offerts à tous les participants après la formation par l’entremise d’un réseau international de professionnels de l’approche Genuine ContactMC, Voie de l’ouverture et de l’authenticité. Vous trouverez de l’information complémentaire sur cette approche à www.genuinecontact.net (en anglais).

Lieu de l’atelier
Niché au cœur des Laurentides, à 80 km au nord de Montréal, se trouve le pittoresque village de Val-David et la paisible auberge Prema Shanti, sur les berges du lac Doré. C’est là, dans ce lieu de retraite idéal pour qui souhaite vivre une expérience complète d’apprentissage expérientiel en hébergement, qu’ont lieu nos ateliers.

L’auberge offre des chambres joliment décorées, une excellente cuisine et un accès facile à des sentiers de randonnée pédestre et à des activités telles que la natation et le canotage. Il nous fait plaisir de vous offrir un rabais pour votre hébergement à l’auberge Prema Shanti pour la durée de l’atelier. Les différents forfaits comprennent l’hébergement du 19 novembre au 22 novembre (4 nuitées), les repas et les pauses (souper le soir du 19 novembre de votre arrivée jusqu’au diner du 23 novembre), les boissons non-alcoolisées et l’utilisation des installations.

Notre équipe d’animateurs
Les copropriétaires du Groupe Courage international inc., Michelle Cooper, d’Ancaster, Ont., Donna Clark, de Halifax, N.-É. et Marquis Bureau, de Notre-Dame-de-la-Salette QC, ont invité Esther Matte à offrir ces ateliers avec eux. Ils sont de proches collègues, tous formateurs Genuine Contact agréés, et font partie du Programme depuis un certain nombre d’années. Ce partenariat donne aux participants l’occasion d’apprendre en côtoyant des professionnels de cette approche œuvrant au pays et à l’étranger dans un éventail de secteurs. Il permet également d’offrir l’atelier en français et en anglais, ce qui procure aux participants une expérience d’apprentissage unique et personnalisée.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui à cet atelier passionnant!

Inscription
Les inscriptions sont contingentées.

samedi 19 septembre 2009

Formation: Forum ouvert

Le Groupe Courage International offrira un module de formation sur le Forum ouvert du 20 au 23 novembre 2009 à l'Auberge Prema Shanti à Val-David, Québec. Vous avez le choix de suivre votre formation en français ou en anglais.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour vous inscrire, communiquez avec Marquis Bureau: info@mbureau.com

Les copropriétaires du Groupe Courage International sont Marquis Bureau, Michelle Cooper, Donna Clark

samedi 12 septembre 2009

Le Guerrier intérieur : La responsabilité

Le Guerrier se reconnaît comme créateur de son univers et de sa vie. Il n’est pas victime de quoi que ce soit ou de qui que ce soit. Il ne blâme ni ne juge, Il expérimente tout ce qui se présente comme un défi ou une occasion pour apprendre et évoluer. Il reconnaît que toute situation est parfaite pour réaliser le Plan d’évolution personnel et collectif. Il sait que tout ce qui lui arrive est le résultat de ses pensées, de ses actes. Il en est la source. Ce point de vue lui donne une position de pouvoir, et non la position de victime.

« Ce n’est pas ce qui arrive qui détermine ma vie, mais ce que je décide de faire avec ce qui m’arrive. »

Celui qui a du pouvoir personnel voit tout comme une opportunité pour apprendre et grandir, même s’il ne comprend pas pourquoi il a attiré ces circonstances dans sa vie.

Source : Thierry Pasquier

jeudi 10 septembre 2009

Atelier : Travailler avec les styles d’apprentissage de Kolb

J'offre aujourd'hui un atelier sur les styles d'apprentissage de Kolb à l'Université d'Ottawa au Centre d'apprentissage et de développement organisationnel.

Le répertoire des styles d’apprentissage selon Kolb décrit nos façons d’apprendre et nos attitudes par rapport aux idées et aux situations quotidiennes. Il peut nous servir de stimulant pour interpréter et examiner les façons que nous affectionnons pour apprendre dans des situations précises. Cet atelier expérientiel s’adresse aux formateurs soucieux de concevoir, de développer et d’offrir une formation de manière à tenir compte des styles d’apprentissage des participants. Vous apprendrez à profiter pleinement du potentiel des participants au niveau individuel et collectif dans un contexte d’apprentissage ou de réunion.

Une vision sans action n'est qu'un rêve;
Une action sans vision est une corvée;
Une vision en action, c'est l'espoir du monde.
- Carlos Castaneda

lundi 7 septembre 2009

Notre-Dame-de-la-Salette sur You Tube

Grâce à M. François Reid, le vidéo du concours de labour 2003 est maintenant disponible sur You Tube. Vous n'avez qu'à cliquer sur le lien.

Merci François pour cette généreuse contribution!

vendredi 4 septembre 2009

Journée internationale de l’alphabétisation 8 septembre 2009

Message de M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation 8 septembre 2009

Cette année, la Journée internationale de l’alphabétisation met l’accent sur le rôle joué par l’alphabétisation dans l’autonomisation et sur son importance pour la participation, la vie civique et le développement. « Alphabétisation et autonomisation » est également le thème retenu pour l’exercice biennal 2009-2010 de la Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation (2003-2012).

Alors que le rôle de l’alphabétisation dans l’autonomisation et sa portée sur le développement ont été reconnus partout dans le monde, la planète compte toujours 776 millions d’adultes analphabètes et 75 millions d’enfants exclus du système scolaire, qui ne peuvent exercer leurs droits ni satisfaire leurs besoins. En réalité, l’alphabétisation est, de loin, le plus délaissé des objectifs du programme d’Éducation pour tous (EPT).

Qui sont ces 776 millions d’adultes analphabètes ? Dans la plupart des pays, ils appartiennent aux populations les plus désavantagées et les plus marginalisées, où l’on compte un pourcentage important de filles et de femmes, d’autochtones, de membres des minorités linguistiques et culturelles, de nomades, de ruraux et de personnes handicapées. Une forte corrélation existe entre pauvreté et analphabétisme. L’alphabétisation est la clé de ce problème. Pour toutes les femmes et hommes qui vivent sans avoir accès aux compétences de base en lecture et écriture, l’alphabétisation ouvre de nouveaux horizons et de nouvelles opportunités, améliore le niveau de vie et contribue aux processus d’évolution sociale et d’éradication de la pauvreté.

Cependant, même si tout indique clairement que l’alphabétisation a la capacité de transformer la vie des individus et les modèles de développement social, en de nombreux endroits du monde il n’y a ni volonté politique ni ressources pour faire de l’alphabétisation de la jeunesse et des adultes un domaine d’action prioritaire. Par conséquent, ceux qui ne se voient proposer aucune solution pour remédier à leur manque de compétences de base en lecture/écriture et calcul - à savoir, presque un adulte sur six - s’entendent dire que leurs droits, leurs besoins et leurs espoirs ne comptent pas. Cette situation est intolérable, et l’injustice criante qui la caractérise ne saurait continuer.

Heureusement, beaucoup de gouvernements, d’organisations de la société civile, d’entreprises, de groupes communautaires et d’individus comprennent quels sont les bienfaits de l’alphabétisation et apportent consciencieusement leur soutien aux programmes. Dans l’ombre, de nombreux anonymes travaillent sans cesse pour aider les autres à apprendre à lire, écrire et compter et pour leur donner la chance de prendre part à l’aventure de l’apprentissage. La Journée internationale de l’alphabétisation offre l’occasion de saluer ces personnes et d’applaudir leurs efforts, ainsi que de les encourager à poursuivre leur engagement. Par leurs activités de tutorat et de conseil, les alphabétiseurs, qu’ils soient professionnels ou bénévoles, sont d’importants catalyseurs du changement, qui créent une différence réelle dans la vie des autres.

L’alphabétisation produit ces bienfaits humains avec les apprenants eux-mêmes et par leur intermédiaire. Comme l’ont montré de nombreuses études, l’alphabétisation est une force d’autonomisation qui sert à améliorer la confiance, l’assurance et l’estime de soi des apprenants tout en les aidant à se sentir de plus en plus capables et indépendants et à mieux prendre conscience de leurs droits. L’alphabétisation accroît l’autonomie des individus, tant dans le contexte familial que dans le contexte communautaire.
Ces bienfaits humains de l’alphabétisation ont des conséquences significatives pour la société dans son ensemble. En effet, l’estime de soi engendrée par les compétences de base en lecture et écriture facilite la participation à la vie sociale et politique et, de fait, va de pair avec un accroissement de l’intérêt pour les activités nationales et communautaires, influençant les attitudes et les pratiques qui ont cours dans la sphère politique. Dans des contextes nombreux et variés, l’alphabétisation a démontré qu’elle a le pouvoir extraordinaire de donner aux individus les armes nécessaires pour participer plus activement et plus efficacement.

À une époque où les disparités augmentent, l’alphabétisation apporte non seulement une plus grande estime de soi, mais également des opportunités à ceux qui ont été marginalisés, dépossédés de leurs droits ou délaissés : les néoalphabètes acquièrent une capacité et des compétences accrues pour améliorer leur niveau de vie, disposer de moyens d’existence durables, accéder aux services de santé et d’éducation et se lancer dans la sphère publique. En effet, l’alphabétisation est primordiale pour garantir l’accès aux opportunités politiques, économiques et culturelles, ce qui est particulièrement vrai pour les femmes grâce à l’impact favorable et transformateur de l’alphabétisation sur leur vie.

Chaque année, la Journée internationale de l’alphabétisation est l’occasion d’une mobilisation planétaire en faveur de l’alphabétisation. Aujourd’hui, j’appelle les gouvernements, les organisations intergouvernementales, les partenaires du développement, les employeurs, les syndicats et les organisations de la société civile du monde entier à ne plus négliger l’alphabétisation de la jeunesse et des adultes et à renforcer leur engagement en sa faveur. L’alphabétisation n’est pas seulement affaire de lecture et d’écriture, c’est aussi une affaire de respect de soi et de dignité humaine, de possibilités qui donnent espoir à des individus, des familles, des communautés et des sociétés tout entières. Partie intégrante du droit à l’éducation, l’alphabétisation a prouvé encore et encore qu’elle était un instrument essentiel d’autonomisation. Il est temps que le droit à l’éducation de toutes les personnes, quel que soit leur âge, devienne une réalité pratique.

Koïchiro Matsuura

mercredi 2 septembre 2009

Journée internationale de l’alphabétisation : 8 septembre 2009

Message de la Fédération canadienne pour l'alphabétisation en français (FCAF)

La Journée internationale de l’alphabétisation, célébrée à travers le monde le 8 septembre, est une initiative de l’UNESCO et nous rappelle que, malgré des efforts multiples  et variés, l’alphabétisation reste un objectif difficile à atteindre : quelque 776 millions d’adultes ne possèdent pas les compétences de base en lecture et en écriture, ce qui signifie en d’autres termes qu’un adulte sur cinq est analphabète ; 75 millions d’enfants ne sont pas scolarisés et ils sont plus nombreux encore à fréquenter l’école de manière irrégulière ou à abandonner leurs études.


Au Canada, comme dans la majorité des pays industrialisés, l’alphabétisme est devenu un enjeu majeur. Malheureusement malgré les progrès, deux adultes sur cinq en âge de travailler ont du mal à comprendre ce qu’ils lisent. Pourtant, les compétences en lecture et en écriture sont essentielles non seulement pour la qualité de vie des personnes et de leur famille, mais aussi pour la vitalité sociale et économique de l’ensemble de la société.

Dès aujourd'hui et ce jusqu'à la Journée internationale de l'alphabétisation, nous vous proposerons une série de capsules informatives journalières afin de vous sensibiliser à des réalités liées à l'alphabétisme et aux compétences essentielles d'ici et d'ailleurs.

Normand Lévesque, Directeur général de la Fédération canadienne pour l'alphabétisation en français (FCAF), vous invite à consulter, tout au long de la prochaine semaine, le site Web de la FCFA afin de prendre connaissance de nos capsules informatives.

Marquis Bureau
Commission sectorielle, Éducation
Commission canadienne pour l'UNESCO

Photo

mardi 1 septembre 2009

L’ouverture au monde

Dans notre culture occidentale, nous trouvons normal que notre relation au monde s’établisse selon les critères de possession et de propriété. L’homme idéal, dans la mentalité actuelle, et celui qui produit et consomme. Dans ce type de culture, nous nous définissions uniquement à partir de ce que nous avons : « Je possède donc je suis »; ou encore : « Je suis ce que je possède. » L’ensemble de nos propriétés (choses et personnes) constitue notre identité propre. Quand nous raisonnons ainsi, le but de la vie ne peut être que celui d’accumuler et d’économiser. Nous visons constamment en dehors de nous-mêmes, c’est-à-dire dans l’action, dans ce que nous nous approprions.

La course effrénée vers la performance et le succès fait oublier l’essentiel, nous vide de notre substance. Trop pressés, trop fatigués, nous ne voyons plus où se trouve la vraie richesse, alors qu’elle est à l’intérieur de nous, dans le regard contemplatif porté vers l’univers. La véritable culture réside dans l’ouverture au monde, plutôt que dans la fermeture sur soi et ses possessions. Et cette ouverture ne va pas sans un certain détachement.

Source : Jean-Paul Simard

Photo